zondag 4 december 2011

le massepein de Proust


Habitants de Bruxelles  - j'aimais bien le 'x' au milieu du mot:  BXL! - on était presque bilingue.
C'est comme ça qu'on fait chanter des enfants en  Flamand et en Français. Et pour la fête du six décembre on faisait pas autrement .
C'était la plus belle fête de l'année. Je me rapelle des nuits que mes soeurs vennaient me secouer dans mon lit à une façon agité.
-Allez, vient vite!
J'étais toujours la dernière à découvrir que le bonhomme ne m'avait pas oublié.

'Est ce que je n'étais pas sage comme un petit mouton?
et  que j'ai prié ma prière (pas trop, c'était pas mon style, pas pieusse du tout)
pour avoir mes bonbons,
venez, venez Saint Nicolas
tralala...'

mais je préférais la chanson Flamand plus mystérieuse:
'Zie de wind waait door de bomen
hier in 't huis zelfs waait de wind
zou de goede Sint wel komen...?

En tout cas, je remercie ma mère pour m'avoir offert un souvenir aussi parfumé. J' oserai dire spirituelle.
Ce sont surtout  les oudeurs; le mixte d'oranges, chocolat, massepein qui me montait à la tête (après au ventre); les parfums ultimes.
Nulle autre fête supportait la concurrence.
Le chocolat, ça sauve des vies.

Le fromage, ça sert à donner un titre à un blog.

Geen opmerkingen:

Een reactie plaatsen